Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

 

Christine Marsan vous propose plusieurs prestations  :

Du sujet à l'entreprise, diverses propositions d'intervention

  • Comprendre la complexité pour gérer au quotidien son entreprise et ses équipes. Psycho-sociologue et praticienne des relations humaines, je mets à votre disposition conférences, débats, ateliers de réflexion pour appréhender les différentes thèmes de la complexité organisationnelle appliqués à la stratégie, à la DRH et au management. Ce qui vous permet d'avoir une longueur d'avance afin de manager intelligemment et avec éthique.
  • Penser autrement pour agir autrement : Elaborer une stratégie, innover repose sur une autre approche de la créaitvié, combinant la compréhension de la complexité, les ressorts de l'imaginaire et les outils de la créativité. Ce n'est qu'en faisant évoluer nos cadres de références que nous pouvons innover autrement! Site : www.christinemarsan.fr
  • Diagnostic de votre entreprise : vous souhaitez faire évoluer votre entreprise et vous avez besoin d'une aide pluridisciplinaire pour envisager toutes les facettes du changement. Pour plus de détail, voir le site de Renaissance : www.christinemarsan.fr
    Coaching Existentiel : je vous aide à vous réaliser, à être pleinement qui vous êtes et que vous n'avez pas encore osé révéler et à atteindre vos objectifs. Pour voir plus en détail de quoi il s'agit, aller voir l'article : coaching existentiel. www.christinemarsan.fr 
  • Thérapie holistique : vous avez envie de faire un travail approfondi sur vous et aussi d'être pris en considération dans la totalité de vos facettes (différents engagements, considérations professionnelles, dimension psychologique, énergétique et pourquoi pas aussi spirituelle). Je vous offre un espace et des méthodes, qui en respect de votre choix et ce que vous voulez explorer de vous, vous permettra de vous épanouir, de dépasser souffrances et blocages et de développer une plus grande autonomie. Pour plus de détails voir la partie "développement de la personne" dans le site www.christinemarsan.fr .
  •  

Recherche

Ce blog a pour objectif de vous faire partager plusieurs années de réflexion sur la société, la personne, les impacts des évolutions de l'entreprise et aussi un peu de ... philosophie et de politique.
 

Vous trouverez ici des articles dans les domaines suivants :

  • Sciences Humaines :
    • psychologie,
    • sociologie,
    • philosophie,
    • politique..
  • Professionnel :
    • coaching et accompagnement au changement.

Vous trouverez une présentation succincte sur mon short web site : www.christinemarsan.eu et pour un descriptif plus détaillé de mes activités professionnelles vous pouvez visiter le site : www.christinemarsan.fr.

Merci pour votre visite et vos réactions sont les bienvenues.
 

Email : christine.marsan@wanadoo.fr

Articles Récents

Liens

20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 02:59

 

 

2013 : une symbolique forte

 

2013 est l’année d’un nouveau cycle sociétal.

Rappelons-nous la symbolique rattachée au nombre 13 à la fois « mort » et « renaissance » (selon le tarot) et donc assurément transformation, recomposition. Certains y voient Eros, pourquoi pas ? Suivons le chemin de l’amour dont la première étape est bien Eros (amour-passion) qui donne la vie. C’est aussi, selon la kabbale le nombre de l’amour Ahava, un amour plus complet et spirituel. Pour la Bible, 13 représente le jour de chance des Hébreux sauvés des fureurs de Pharaon lors de la sortie d’Egypte, tandis que pour les Egyptiens ce fut la marque d’une date sinistre. Pour les chrétiens, évidemment il s’agit à la fois du Christ et des douze apôtres et aussi de Judas trahissant Jésus. Et plus récemment, le vendredi 13 octobre 1307 correspondit à l’arrestation des Templiers, ce qui en fait un nombre ambivalent pour la plupart des Occidentaux, tour à tour signe de chance ou de danger.

Superstition mise à part, cette année est bien celle d’une renaiSence. Toutefois, acceptons-nous, comme le Phénix, les petites morts, les véritables lâcher-prise, les décompositions, laissons-nous advenir les cendres avant d’accueillir les germes du nouveau, de la résilience et de la vie tout simplement ?

 

Aux abords de l’été le tumulte est toujours présent

 

En ces premiers jours d’été, l’ambiance est toujours tumultueuse.

Il y a sans doute eu dans l’histoire de la terre des années aussi pluvieuses que celle-ci. Cependant, depuis l’automne, il est fort rare de compter 5 à 7 jours de soleil consécutifs, comme si les prémisses du renouveau étaient bien vite balayés par les giboulées, orages, refroidissements et grisailles invitant davantage à l’hibernation qu’à l’exubérance estivale. Au point que la comparaison pourrait être aisée entre gestation intérieure et hésitation climatique.

 

De la fin d’un monde à l’émergence d’un nouveau

 

2012 a fait couler beaucoup d’encre et que l’on y croit ou non, les Mayas avaient raison : nous sommes à un tournant déterminant de notre histoire humaine. Car cette fois-ci, avec la globalisation les enjeux sont systémiques et nous tissons la toile de notre présent et de notre futur à 7 milliards d’êtres humains en interaction directe ou indirecte. Les effets imprévisibles sont donc garantis mais difficiles à anticiper.

 

2012 a porté son égrégore de « fin d’un monde », largement relayé par les médias du monde entier. Evidence reprise par toutes les disciplines mais qui a laissé vacante la place du monde d’après. Pourtant, 2013 marque précisément le début du ou des cycles suivants. Avoir peur de la fin du monde était sans doute risible (quoique ! pour certains), toutefois cela fait partie de l’imaginaire humain d’être épris aussi bien d’élan de création que du besoin de détruire ou d’envisager le pire, réveillant démons et peurs archaïques pour booster l’énergie de la résilience.

Cependant, tout comme la révolution, si rien n’est pensé pour l’après, le fantasme de destruction totale laisse espérer que repousseront ensuite les graines de l’espoir. Et pour 2013, rien n’a vraiment été proposé ou pensé. Une énergie colossale a été mise au service de l’imaginaire de la destruction et quid de celui de la reconstruction, du renouveau, d’un nouveau départ, d’une émergence, d’une reniassance….

 

Alors pour la majorité des personnes c’est la tourmente, le tumulte, le désarroi face au vide, réel (conséquence d’une ixième crise qui radicalise les positions riches-pauvres) et symbolique : que construire comme nouveau monde ? Le défi est d’envergure et les réponses timides, pauvres, elles ne sont pas ambitieuses comme on pourrait en avoir besoin.  Cela aurait pu être l’occasion d’un véritable projet politique (au sens au service du bien commun) fédérateur qui redonne espoir et enthousiasme pour les années à venir. Une vision qui illumine les cœurs et apporte un sens collectif qui mobilise l’action de chacun au service de plus grand que soi.

 

L’absence de prospective conduit chacun à se retrouver face à lui-même, démuni et déconcerté : des pistes alternatives qui manquent de souffle ou de carburant (notamment des Euros pour financer les projets) pour se réaliser, des excès de pouvoir ou de financiarisation qui se perpétuent malgré les volontés citoyennes de régularisation, et toujours l’austérité à déguster au petit-déjeuner.

Il reste donc un gout amer, un sentiment de perte de repères et un vaste chantier de recomposition de l’essentiel s’est dessiné pour nombre d’entre nous, nous brassant comme les eaux d’un tsunami.

Sans vision claire des transformations attendues, les mutations s’opèrent malgré tout de manière profonde, dans l’invisible, au cœur de soi pour nous permettre de nous révéler : après l’Apocalypse la révélation.

 

Ainsi, ces grands chamboulements laissent-ils apparaître combien nous sommes ébranlés et inquiets à l’idée de laisser advenir ce que nous sommes venus faire sur cette terre, à savoir manifester notre vocation. Et voilà un questionnement essentiel que nous n’avions peut-être pas envisagé. Si un monde se termine et qu’un autre émerge, que voulons-nous pour nous-même et pour autrui et plus largement pour notre environnement ? Quelle part pouvons-nous prendre dans cette métamorphose sociétale ? Sommes-nous prêts à nous engager et sous quelle forme ? Voilà des questions cruciales auxquelles cette année de renouveau nous invite et nous ne pouvons pas y répondre à la légère.

 

C’est la raison pour laquelle la gestation individuelle et collective n’en finit pas d’advenir tout comme le temps qui ne parvient pas à laisser passer le soleil pour éclairer nos consciences et nos horizons. Nos états-d’âme ressemblent à la météo, à moins que ce ne soit le contraire !

 

L’hibernation de cette mutation profonde s’opère depuis l’automne, alors acceptons les destructions, les recompositions et les métamorphoses, il y a fort à parier que nous pourrions être agréablement surpris. Car nous rapprochant de notre mission, nous unifiant davantage avec le vivant et les lois de l’univers alors nous expérimentons de plus en plus de synchronicités. La vie répond à nos alignements intérieurs. N’ayons pas peur de laisser l’ancien et d’accueillir le nouveau, l’inconnu, l’insolite, car l’imprévisible est délicieux et souvent déguisé en velours d’apparât.

 

Accueillons en conscience ce renouveau et regardons, en conscience, quel tri sélectif nous pouvons opérer en nous : de quoi sommes-nous prêts à nous défaire, que souhaitons-nous conserver et pour quelle raison et vers quoi nous dirigeons-nous ? Est-ce que nous savons ce que nous voulons vivre pour les 5 ou 10 années à venir ? Au lieu d’hésiter, questionnons-nous et les réponses risquent de nous émerveiller.

 

Belle mutation !

 

Christine Marsan

19 juin 2013

 

 

 

 

Pour un développement plus complet, je vous invite à lire : Marsan, C., La prophétie des treize, La troisième alliance, Editions les Nouveaux Auteurs, 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Zadig - dans Sociologie
commenter cet article

commentaires